Les news

Les Belges vivant seuls réclament des impôts plus justes et des logements plus abordables




"Beaucoup de personnes vivant seules jouissent de leur liberté. Mais... il y a aussi un prix à payer. Et il faudrait y remédier". C'est la première réflexion de la présidente de l'asbl all1 et députée bruxelloise, Carla Dejonghe (OpenVld), à la lecture des résultats du sondage qu'elle a organisé auprès de 2 378 Belges vivant seuls, dont le plus jeune a 19 ans et le plus âgé 106 ans. La demande d'une fiscalité plus équitable, de maisons plus abordables (à l’achat) et d'un réflexe pour personnes vivant seules est régulièrement apparue.

"On ne peut pas rendre l'impôt sur le revenu plus amusant, mais on peut le rendre plus juste"

La différence de charge fiscale entre les ménages à un seul revenu et ceux à deux revenus (avec ou sans enfants) peut s'élever à plusieurs milliers d'euros. Le célibataire belge sans enfant est la catégorie la plus lourdement imposée de tous les pays membres de l'OCDE et paie en moyenne 53% de son salaire brut, et même jusqu’à 59% pour un salaire élevé. Carla Dejonghe: "Les personnes interrogées sont bien conscientes qu'elles se situent dans les tranches fiscales les plus élevées et qu'elles trouvent cela très injuste. Vous n'avez droit qu'à très peu d'avantages fiscaux. Vivre seul est rarement un choix délibéré et cela peut arriver à tout le monde. C'est pourquoi nous plaidons pour un système fiscal plus neutre vis-à-vis de la situation familiale. On ne peut pas rendre l'impôt sur le revenu plus amusant, mais on peut le rendre plus juste".

Les coûts fixes élevés et les taxes sur, par exemple, les factures d'eau et d'énergie énervent également les personnes vivant seules. "Même en étant très économe en électricité, gaz ou eau, la personne vivant seule paiera presque autant qu'une famille, car les coûts fixes sont très élevés."

"Des maisons plus abordables à l’achat"

Les personnes vivant seules veulent aussi acheter leur propre maison, mais c'est très difficile pour une personne seule qui ne peut pas ou peu économiser. La fiscalité du logement est entre les mains des trois régions. Elles ont chacune leur propre politique. À Bruxelles et en Flandre, la prime au logement (= l'avantage fiscal sur la maison familiale) a été supprimée et remplacée par une réduction des droits d'enregistrement. 

Le nouveau système donne aux acheteurs un coup de pouce financier au moment de l'achat. C'est une bonne mesure. Mais ce n'est pas suffisant. Les personnes interrogées souhaitent des prix plus abordables pour les logements à acheter. "Seulement 16% des personnes interrogées qui sont actuellement locataires pensent qu'elles pourront acquérir un logement dans les 5 années à venir. 58% des personnes sont certaines que ce n'est financièrement pas possible. Heureusement, le Fonds du logement offre des prêts bon marché. Après tout, les banques régulières restent plus méfiantes à l'égard d’un seul acheteur", déclare Carla Dejonghe.

"Un réflexe pour personnes seules dans tous les domaines"

Les personnes vivant seules interrogées estiment que la politique ne tient pas suffisamment compte de leurs besoins spécifiques et de leur capacité financière moindre par rapport aux ménages à deux revenus. Il est nécessaire d'accroître la sensibilisation dans tous les domaines. Carla Dejonghe: "Depuis quelque temps, je demande un réflexe ou test pour personnes vivant seules par lequel les décideurs politiques réfléchissent un instant à l'effet que chaque nouvelle mesure aurait sur les personnes vivant seules. L'enquête montre que les personnes vivant seules souhaitent également voir ce réflexe un peu plus présent dans leur environnement immédiat lorsqu'il s'agit, par exemple, de contribuer à des cadeaux communs ou chez les employeurs qui attendent plus de flexibilité de la part des travailleurs vivant seuls comme si cela allait de soi, chez les commerçants qui font la promotion sur les grandes quantités, dans les organisations qui facturent une cotisation par famille quel que soit le nombre de personnes, etc."

Vivre seul n'est certainement pas une fatalité. Par exemple, la grande majorité des personnes interrogées sont très attachées à leur liberté. À la question de savoir si le fait de vivre seul présente également des avantages, il y a eu une série de réponses mais principalement la réponse "Liberté. Liberté. Liberté." Et "Pas d’ennuis. Aller où et quand on veut. Avoir la télécommande pour soi. Laisser la vaisselle. Pouvoir manger de l’ail. Pas besoin de se raser (les jambes)...

Lisez ci-dessous l'analyse détaillée de l'enquête, avec des graphiques et des citations des répondants.




https://openvldbrussel.be/pdf/2008_fr.pdf