Les news

Députée Carla Dejonghe va vivre avec 180 euros par mois




La députée bruxelloise Carla Dejonghe (Open Vld) va vivre durant quatre semaines, et ce à partir du 14 novembre, avec un budget serré. L’idée lui est venue en discutant avec Thérèse Van Belle, “Miss sans abris 2010”, qui après déduction de ses frais fixes ne vit qu’avec 180 euros par mois, ce qui représente 6 euros par jour.

Dès le 14 novembre, Carla Dejonghe n’utilisera plus sa voiture et sa carte bancaire. Le congélateur, ainsi que l’armoire à provisions resteront fermés à clefs jusqu’au 14 décembre. Le frigo sera vide et le chauffage programmé sur 14 degrés. Carla Dejonghe restera toutefois chez elle. Ce sont quelques-uns des accords que la politicienne et l’asbl Covia ont conclu; L’asbl Corvia vient en aide aux personnes défavorisées et organise entre autre l’élection de “Miss et Mister sans abris”.

Carla Dejonghe explique: “J’ai déjà collaboré, à de nombreuses reprises, avec l’asbl Corvia et c’est grâce à elle que j’ai fait la connaissance de Thérèse Van Belle. Quand elle m’a demandé si je pouvais vivre avec 180 euros par mois, je lui ai répondu que j’accepterais. Le premier jour, Thérèse me guidera et me donnera des conseils concernant l’achat de nourriture et de produits de première nécessité. A moi ensuite, d’être créative avec un budget serré.”

Une vie sociale quasi inexistante 

Avant même d’avoir commencé, la députée a reçu de nombreux conseils pour économiser et gérer son budget, mais aussi beaucoup de témoignages venant de personnes pour qui il est difficile de joindre les deux bouts chaque mois. Elle espère ainsi apporter, grâce à cette initiative, un autre regard sur les conditions de vie des personnes en difficulté. Celle-ci pourra donner suite à des recommandations auprès du gouvernement bruxellois. 

Carla Dejonghe précise: “Je souhaite être honnête avec moi-même et les autres. Le but ne sera pas d’être invitée plusieurs fois par semaine par ma famille ou mes amis. Ces derniers jours, j’ai déjà refusé quelques invitations. Un budget serré entraine une vie sociale plus isolée. L’accord conclu entre l’asbl Corvia et moi-même précise que je ne devrais être invitée plus de 2 fois durant cette période.”